Les petites Bavouilles dans les médias

Portrait de l'artisan dans le magasine Artisan de la CMA73

 

  Liste de naissance sur mesure les petites Bavouilles  

"Les petites Bavouilles pour une liste de naissance 100% artisanale"

Un univers de couleur et d'originalité avec des pièces uniques de qualité, c'est ce que propose Camille Brockmann aux futurs parents pour la liste de naissance de leur bébé, loin des produits en série des magasins spécialisés.

Lorsque Camille a accueilli sa petite fille, aujourd'hui âgée de 6 ans, elle a reçu des cadeaux de naissance faits main, ce qui a déclenché l'envie d'essayer à son tour la couture.

Un passe-temps qui est vite devenu une passion, l'incitant même à créer son entreprise en 2015, en plus de son emploi d'opticienne.

Cinq ans plus tard, elle abandonnait l'optique pour se consacrer pleinement aux petites Bavouilles.

« Je ne suis pas une couturière copieuse qui pioche ses patrons sur Internet je les réalise moi-même », explique Camille,

attachée à la dimension créative de son activité. Le nom de son entreprise provient d'une de ses créations, la Bavouille,

un accessoire hybride entre bavoir et bandana étanche est testé par de nombreuses mamans de bébés baveurs.

La liste de vos envies

Les futurs parents crée leur liste de naissance sur le site lespetitesbavouilles.com en choisissant les articles dont ils ont besoin, parmi une offre large de capes de bain, de tapis nomade, de bavoir ou encore de gigoteuse et de tour de lit.

Ils sélectionnent les tissus de leur choix et des pièces uniques sont créés après achat. Elles peuvent être brodé au prénom de l'enfant.

Les tissus sont certifiés Oeko-Tex-Tex et proviennent d'entreprises françaises qui respectent un cahier des charges strictes.

Pourquoi opter pour une liste de naissance artisanale alors que l'offre en magasin est pléthorique ? Pour le côté unique, la qualité, le fait mains locales et le made in France, explique Camille. Avec la volonté de devenir une référence sur Chambery !

Pour l'accompagner dans sa réussite la jeune maman a suivi de nombreuses formations dispensés par la Cma, du parcours commercial au référencement, ainsi qu'un accompagnement personnalisé pour structurer son projet.

Pour le passage du Père Noël…

L'offre ne se limite aux accessoires pour bébé, les enfants et même les adultes trouveront leur bonheur.

À l'occasion des fêtes de fin d'année, Camille propose des bottes de Noël personnalisées avec un large choix de tissu est de couleur.

Le délai de fabrication est d'environ 10 jours.

Ces bottes à garnir de petits cadeaux ou de décoration végétale sont, comme tous les articles proposés

par Les petites Bavouilles, disponibles en ligne donc tu livrables partout en France et en Europe.

France Bleu Pays de Savoie

Retrouvé le podcast de l'émission "Le réseau savoyard" juste ici.

Mon premier passage radio le 24 avril 2021 !!!

Interview les petites bavouilles France Bleu Pays de Savoie 

Camille Brockmann est à l'origine de la marque Les Petites Bavouilles depuis 2015, 

qui propose des produits de coutures pour petits et grands pratiques et utiles. 

Classée "Artisan Métiers d'Art", c'est une reconnaissance pour cette créatrice. 

Les demandes personnalisées sont possibles comme la broderie pour bébé, 

les plus de 150 articles sont à retrouver sur les réseaux via le site.

8Montblanc émission Panorama

Découvrez mon premier passage à la Télé ! 

J'ai été invité par 8Montcblanc pour partager ma passion

Je vous joins le lien YouTube

Moi je suis à l'épisode N°3

Les petites Bavouilles interview 8montblanc

Maman Blogueuse

J'ai eu la chance de faire tester une Bavouille à une maman blogueuse.

Son nom "My name is maman" 

Elle a rédigé un article sur ce produit alors si ça t'intéresse rdv ici

bavouille sur un bébé

Parution dans le journal L'essor savoyard

article de l'essor savoyard les petites bavouilles

" L'Aixoise Camille Brockmann confectionne des "petites bavouilles" "

Coudre ? On croirait que Camille Brockmann a fait ça toute sa vie. Pourtant ce n'est que depuis septembre dernier que cette jeune maman a fait de sa machine à coudre une alliée pour confectionner elle-même ses accessoires bébé. De cette passion récente son nées l'hiver dernier « Les petites Bavouilles ». 
Des créations aussi pratique qu'esthétique « Made in Aix». Découverte. 
Ne cherchez pas « Bavouille » dans le dictionnaire, c'est une pure création de Camille Brockmann, jeune maman est couturière confirmer : « ce que j'appelle "les bavouilles", ce sont des bandanas 100% coton qui protège les tenues de bébé. 
C'est très pratique quand il ou elle se transforme en escargot pour faire ses dents. 
Et c'est plus sympa que le traditionnel bavoir. » 
Son sens pratique, Camille le doit à son métier de jeune maman, mais sûrement aussi à sa formation d'opticienne. 
« C'est pas ce que je suis Maman que je me fixe pour objectif de réaliser des produits avant tout pratiques, qui puisse durer et à petit prix.
Mon métier d'opticien m'a rendu très méticuleuse et exigeante », concède-t-ellle.
« Le déclic je l'explique par la déception d'utiliser des accessoires bébé mal finis et chers. Les listes de naissance sont souvent prétexte à des produits « gadget ». Le coup de grâce a été la cape de bain qui s'est déchirée quand j'ai voulu éponger ma fille à la sortie du bain.
Maintenant je m'en fabrique moi-même, choisissant des tissu résistants est assez grands pour durer dans le temps ». 
En moins d'un an, Camille a lancé « Les petites Bavouilles » et a vite élargi son panel à une dizaine de gammes de produits textiles en s'adaptant aux demandes de ses amis et de ses clientes de plus en plus nombreuses. 
« Par exemple, j'ai décliné mes trousses de toilette plastifiées initialement pour les produits d'hygiène bébé, en trousse pour femme, et à l'approche de la rentrée je me lance dans la trousse d'école, qui change des éternels « reine des neiges » ou « Spiderman ». » 
À en croire Camille, on est jamais mieux servi(e) que par soi-même. Surtout quand on se découvre des talents cachés. 
« J'ai voulu m'essayer à la couture, ça m'a tout de suite plu ! C'était en septembre dernier, maintenant je peux à peu près tout faire »,
s'étonnes encore l'autodidacte. 
« Je le dois à mon compagnon Pierre. C'est lui qui m'a appris les bases et qui m'a encouragé ensuite. »

Interview dans le mag'ville d'Aix-les-Bains

une du mag'ville Aix-les-bains

interview les petites Bavouilles dans le mag'ville Aix-les-bains

"C'est mon chéri qui m'a appris à coudre"

Camille Brockmann, opticienne, s'est lancée il y a bientôt un an

dans une nouvelle aventure en créant Les petites Bavouilles.

L'Annécienne de 29 ans, installée à Mouxy, crée confection des accessoires destinés aux nouveaux-nés et aux enfants.

Est-ce la naissance de votre fille qui vous a convaincu de créer les petites Bavouilles ?

Camille Brockmann quand Célia est née, en juin 2015, j'étais directrice adjointe d'un magasin d'Optique à Epagny, en Haute-Savoie.
J'aimais ce boulot, mais c'était devenu compliqué à cause des horaires et de la route.
Et puis surtout, je voulais être avec ma fille.
Alors j'ai démissionné.
Aujourd'hui, je travaille à mi-temps chez un opticien de Drumettaz.
Et à côté, je m'occupe de mes petites Bavouilles.

Comment est née cette aventure ?

C. B. Au départ, j'avais envie de fabriquer de jolis bavoirs.
J'ai trouvé une vieille machine à coudre dans une brocante, et comme je ne savais pas coudre, c'est… Pierre, mon chéri qui m'a appris.
Une amie m'a ensuite prêtée sa machine neuve, et j'ai créé à tour de bras : bavoir, cape de bain, trousse à lingettes, tour de cou…
Sans oublier mes bavouilles, se sont des sortes de petits bandanas qu'on met autour du cou de bébé pour que ses vêtements
ne soit pas trempés quand il bave.
Cela a plu à mes amis.
Puis aux particuliers, lorsque j'ai créé ma page Facebook.
Les réactions des gens m'ont encouragé à continuer.

D'où vient votre inspiration ?

C. B. Mon but c'est avant tout que mes produits soient utiles et pratiques.
La plupart du temps les idées naissent suivant mes expériences avec ma fille.
Quand elle a commencé à avoir les cheveux qui poussent et une mèche rebelle, je me suis penchée sur la confection de bandeaux,
de serre-tête, de barrettes…
Au fur et à mesure qu'elle grandira, de nouveaux produits apparaîtront.
Pour l'instant, j'assure mes arrières en conservant mon salaire d'opticienne.
Mais si mes commandes se mettent à exploser, je réfléchirai peut-être à le faire à plein temps.